Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

pdf VERSION IMPRIMABLE

La CGT BNP Paribas s’est procuré la newsletter du Ministère de l’Économie, des Finances, de l’Action et des Comptes Publics, datée du 24 décembre 2018.

exTraITs De la NoTe Du mINIsTère

Il s’agit d’une prime exceptionnelle, exemptée d’impôts et de prélèvements sociaux jusqu’à 1.000 euros, qui peut être versée par toutes les Entreprises à leurs salariés :

ELLE DOIT ÊTRE VERSÉE AVANT LE 31 MARS 2019 :

  • Avant le 31 janvier, elle peut être versée unilatéralement par le Chef d’Entreprise, sans accord d’Entreprise, avec une information ultérieure du Comité Social et Economique (Ex Comité d’Entreprise)avant le 31 mars 2019
  • Après le 31 janvier, elle doit faire l’objet d’un accord d’entreprise

QUELLES SONT LES CONDITIONS D’EXONÉRATIONS ?

  • Il ne faut pas que cette prime se substitue aux augmentations et primes prévues par les accords de branches, d’entreprises ou les usages de l’Employeur
  • Cette prime exceptionnelle ne peut être versée qu’à des salariés dont la rémunération 2018 est inférieure à 3 fois le SMIC
  • Elle doit être versée avant le 31 mars 2019. Les modalités quant au versement sont arrêtées avant le 31 janvier 2019 (sans accord d’entreprise) ou avant le 31 mars (avec accord d’entreprise)

La CGT demande à la Direction de BNP Paribas de verser cette Prime exceptionnelle de Pouvoir d’achat avant le 31 janvier prochain.
Il n’est pas nécessaire de passer par un accord et / ou d’attendre le 31 mars pour le faire.

BNP Paribas a voulu s’inscrire dans les pas du Président de la République, dans les termes exprimés lors de son allocution télévisée du 10 décembre.

L’urgence sociale, à travers le versement de cette prime exceptionnelle, c’est maintenant, pas dans 3 mois !!!

POUR RAPPEL :

Le 4 décembre, l’ensemble des organisations syndicales de BNP Paribas a appelé le personnel à exprimer son mécontentement et son ras le bol dans le cadre d’une journée d’action.

Le 12 décembre, la Direction a réuni les « partenaires sociaux » pour échanger sur ces dossiers importants que sont les rémunérations, les conditions de travail et l’emploi.
Elle a répondu en proposant la « prime Macron ».
Cette proposition de prime exceptionnelle ne correspond pas aux demandes portées par les organisations syndicales.

Le 26 décembre, le décret d’application de la loi a été publié au journal officiel.

la CGT CoNsIDère :

  • Qu’il n’est pas besoin d’attendre pour ouvrir des négociations sur les salaires et rémunérations à BNP Paribas
  • Que les mesures d’urgence sur l’emploi, en CDI, peuvent et doivent être prises maintenant et non repoussées après les élections professionnelles.
    Plutôt que de réunir un groupe de travail, il faut ouvrir de véritables négociations dès ce mois de janvier.
  • Que la Banque ne doit pas attendre pour ouvrir de vraies négociations sur la Qualité de Vie au Travail et les Conditions de Travail.

urgence sociale